Home » Business Guide » « Notre rôle est aussi de créer la demande en matière recyclée »
Business Guide

« Notre rôle est aussi de créer la demande en matière recyclée »

Francis Huysman, CEO de Valipac.
Francis Huysman, CEO de Valipac.
En collaboration avec
Francis Huysman, CEO de Valipac.
Francis Huysman, CEO de Valipac.
En collaboration avec

Le potentiel de circularité de nos déchets d’entreprise est immense. Les bénéfices peuvent être considérables, sur le plan non seulement de la durabilité, mais aussi de l’économie.

Valipac s’efforce dès lors d’impliquer toute la chaîne, grâce à des initiatives ciblées et à des projets innovants. Francis Huysman, CEO de Valipac, nous en dit plus à ce sujet.

Texte : Joris Hendrickx – photo : Kris Van Exel

Collecte sélective, tri et recyclage des déchets d’emballages des entreprises

 « Les entreprises belges qui mettent des emballages sur le marché doivent en assumer la responsabilité dans son intégralité. Concrètement, ces ‘responsables d’emballages’ doivent démontrer que 80 % de leurs emballages sont recyclés. Dans ce cadre, Valipac veille à la collecte sélective, au tri et au recyclage des déchets d’emballages des entreprises belges.»

« Chaque année, nos clients nous transmettent des déclarations de la quantité d’emballages qu’ils ont mise sur le marché. Ils nous paient alors une cotisation, dont le montant dépend des matériaux utilisés et du volume d’emballages. »

« Pour pouvoir démontrer le recyclage, nous concluons des contrats avec des collecteurs. Ceux-ci enlèvent les déchets d’emballages chez les clients des responsables d’emballages (les déballeurs). Afin d’atteindre une part de recyclage de 80 %, nous utilisons la cotisation financière de nos clients pour encourager la collecte sélective chez les déballeurs, à l’aide d’incitants financiers. »

Vers un nouveau système circulaire

« Ce système existe depuis plus de vingt ans et a fait ses preuves. Cependant, les temps ont changé et nous sommes conscients qu’exporter nos déchets d’emballages en Asie du sud-est pour les recycler là-bas n’est pas un système durable. Nous devons évoluer vers un ‘plus petit cercle’, dans lequel nos déchets sont traités en Europe. En outre, nous créerions ainsi de nombreux emplois au niveau local. »

Nous avons plus qu’assez de déchets à employer comme matière première. Il faut surtout créer la demande de recyclats.

« C’est pour cette raison que nous avons mis sur pied un nouveau système circulaire, dans lequel les traders, les recycleurs et les producteurs d’emballages jouent un rôle essentiel. Les traders sont les intervenants qui enlèvent les matériaux chez les collecteurs et qui les revendent aux recycleurs. Les recycleurs recyclent ensuite ces matériaux, afin qu’ils puissent être réutilisés par les producteurs d’emballages. »

Housses rétractables circulaires

« Les marchandises livrées sur palette sont généralement protégées par une housse rétractable en plastique. En 2019, nous avons conçu des housses rétractables composées à 50 % de matériaux recyclés. Pour ce faire, nous avons travaillé en collaboration avec plusieurs parties prenantes de la chaîne : Total en tant que partenaire technique, Rymoplast en tant que recycleur, Oerlemans en tant que producteur d’emballages et Wienerberger en tant que responsable d’emballages. Celles-ci sont désormais utilisées par plusieurs entreprises. Elles ne diffèrent pas des housses rétractables classiques d’un point de vue qualitatif et ne sont pas beaucoup plus chères, mais leur empreinte carbone est nettement plus faible. »

« Ces housses rétractables ont été nominées aux Belgian Business Awards for the Environment et aux Plastics Recylers Awards européens. Il s’agit d’une innovation importante, car chaque année, pas moins de 100 000 tonnes d’emballages en plastique provenant d’entreprises sont mises sur le marché. Les housses rétractables représentent 40 000 tonnes de ceux-ci. »

Film étirable composé à 25 % de plastique recyclé

« À cela s’ajoutent 40 000 tonnes de film étirable, principalement utilisé dans le secteur de la distribution. Nous mettons donc actuellement au point un film étirable qui contient 25 % de plastique recyclé. Comme il est beaucoup plus fin que les housses rétractables (il est comparable au film alimentaire), il est plus difficile, d’un point de vue technique, d’y intégrer des matériaux recyclés. »

« Nous avons lancé un autre projet en collaboration avec le producteur d’emballages Mima Films. Cette innovation sera testée plus tard au cours de cette année, par des utilisateurs tels que Reynaers Aluminium et Colruyt. Avoir de telles grandes entreprises modèles comme partenaires est important, car beaucoup d’autres suivront dans leur sillage. »

Nous pouvons garantir la traçabilité de nos déchets d’emballages belges et éviter qu’ils ne finissent dans des décharges illégales en Asie du sud-est.

« Nous créons ainsi un marché, comme nous l’avons fait précédemment pour les housses rétractables. De grands tonnages sont immédiatement concernés. De cette façon, nous pouvons véritablement changer les règles du jeu, afin de stimuler le recyclage des emballages et l’utilisation de matière recyclée en Europe. Nous ne manquons pas de déchets à transformer en matière première. Il faut surtout créer la demande en matière recyclée. »

Encre neutralisable

« Les encres ont un impact négatif sur le recyclage des films d’emballage. Sans tri préalable, il est impossible de recycler correctement les films imprimés. C’est pourquoi, au début de cette année, nous avons lancé un projet en collaboration avec Vlaanderen Circulair, afin de concevoir des encres qui peuvent être neutralisées pendant le processus de recyclage. »

« Nous pourrions ainsi fabriquer un film pratiquement transparent à partir d’un film imprimé. Ce projet durera deux ans et, comme pour les housses rétractables et le film étirable, se déroulera en collaboration avec plusieurs parties prenantes de la chaîne. »

Traçabilité des déchets d’emballages

« Les traders commercialisent les déchets d’emballages collectés par les collecteurs dans les entreprises. Ils choisissent les destinataires auxquels ils souhaitent vendre ces déchets et donc leur destination finale. »

« Afin de disposer d’une meilleure vue sur ces transactions, nous avons récemment conclu des contrats avec les principaux traders de déchets d’emballages belges, afin qu’ils mettent leurs listes de destinataires à la disposition de Valipac. »

« Nous pouvons ainsi garantir la traçabilité de nos déchets d’emballages belges et éviter qu’ils ne finissent dans des décharges illégales en Asie du sud-est, par exemple. Nous pourrons ainsi également mettre sur pied des programmes d’audit ciblés, à l’intention de certains recycleurs. »

EMBALLAGES INDUSTRIELS CIRCULAIRES
infographic
Next article