Home » Entreprendre » Une nouvelle prime à l’export pour les entreprises bruxelloises
Entreprendre

Une nouvelle prime à l’export pour les entreprises bruxelloises

En collaboration avec
En collaboration avec

Exportation, digitalisation : les primes bruxelloises ont le vent en poupe. À partir du 30 septembre, une nouvelle aide verra le jour, dédiée à la participation aux foires virtuelles. Explications de Stéphanie Sauvage, Directrice de la section des Aides aux Entreprises au Service public régional de Bruxelles.

Texte : Maria-Laetitia Mattern

Stéphanie Sauvage
Combien de primes au commerce extérieur comptez-vous actuellement au SPRB ?

Stéphanie Sauvage : « À l’heure où je vous parle, nous comptons 8 incitants au commerce extérieur dédiés aux entreprises bruxelloises. Mais à compter du 30 septembre 2021, une 9ème rejoindra les rangs de ces subsides : l’aide à la participation à des foires virtuelles.»

En quoi consiste une foire virtuelle ?

S. S. : « Suite aux restrictions sanitaires, de nombreuses foires professionnelles ont eu l’intelligence d’adapter leur concept. C’est le principe d’une foire virtuelle : elle offre l’opportunité aux entreprises, via des webinaires et des présentations en ligne, de proposer leurs produits et/ou leurs services de manière digitale, moyennement un paiement.

Mais la participation à certaines de ces foires virtuelles reste onéreuse. C’est pourquoi nous intervenons à concurrence de 50 % pour soutenir l’entreprise dans sa démarche d’exportation. Il faut aussi noter que, contrairement à notre fonctionnement habituel, un système de rétroactivité est mis en place. Étant donné le caractère exceptionnel de la situation sanitaire, nous permettons aux entreprises d’introduire des dossiers pour toutes les foires virtuelles auxquelles elles auraient pris part à partir du 28 janvier 2021. »

Les primes ne sont accessibles qu’aux entreprises dont le siège d’exploitation est situé à Bruxelles 

Quelles sont les conditions d’octroi de vos primes ?

S. S. : « Nos primes ne sont accessibles qu’aux entreprises dont le siège d’exploitation est situé à Bruxelles : il faut que leur activité soit ancrée sur l’une des 19 communes de la région bruxelloise. Nous travaillons à 99,9 % avec des PME, les grandes entreprises sont donc exclues de nos aides. Enfin, certains secteurs d’activité sont exclus, soit pour des raisons imposées par la Commission européenne, soit parce qu’il s’agit d’activités qui relèvent des communautés.»

Côté digital, vous soutenez également les entreprises bruxelloises…

S. S. : « Tout à fait. Outre les aides au commerce extérieur, nous proposons un large panel de primes. Nous soutenons notamment les entreprises bruxelloises dans leur transition digitale : création de site Internet, de plateforme, etc. La crise sanitaire a souligné l’importance de cette digitalisation pour les entreprises, ces subsides-là sont donc très demandés actuellement. »

Next article